Fédération Nationale des Victimes de la Route Téléphones : Région Nord : 01.40.07.10.05 ou Région Sud : 05.56.42.28.28
contact association plan association

Conseil national de la sécurité routière (CNSR)

Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, relance le Conseil national de la sécurité routière et fixe les priorités de son action.

Paris, le 27 novembre 2012
Relance du CNSR par Manuel Valls

Manuel VALLS, ministre de l’Intérieur, a installé le Conseil national de la sécurité routière (CNSR), en présence de son nouveau président, le député Armand JUNG, et du délégué interministériel à la sécurité routière, le préfet Frédéric PECHENARD.

Cette instance de concertation ne s’était pas réunie depuis 2008.

Le rôle du CNSR est de préparer et d’évaluer la politique des pouvoirs publics en matière de sécurité routière. Il est notamment chargé d’adresser au Gouvernement des propositions pour lutter contre la violence routière et de réaliser des contrôles afin d’évaluer les actions mises en place chaque année.

Réunissant les représentants de l’ensemble des usagers de la route, le CNSR a pour vocation d’être « un parlement de la sécurité routière », c’est-à-dire un lieu de débat qui tend à accroître la participation des citoyens à la politique de sécurité routière.

Le ministre de l’Intérieur a fixé deux axes sur lesquels doivent porter les travaux du CNSR :

  • les principaux facteurs accidentogènes : alcool, stupéfiants, vitesse ;
  • les personnes les plus exposées : jeunes et usagers de deux-roues motorisés.

La lutte contre les causes majeures de l’accidentalité routière, l’alcool, les stupéfiants et la vitesse, doit être une préoccupation permanente. En 2011, 30% des accidents mortels sont liés à l’alcool. Au moins 26% des personnes décédées sur la route le sont du fait d’accidents où la vitesse est en cause. Les stupéfiants sont présents dans au moins 13% des accidents mortels. Le mélange alcool/cannabis multiplie par 14 le risque d’accident.

Par ailleurs, les 18-24 ans sont de loin les premières victimes des accidents de la route. A ce titre, une réflexion sur les formations ne peut être écartée.

Enfin, les conducteurs de deux-roues motorisés et spécialement les motocyclistes feront l’objet de toutes les attentions car ils utilisent un mode de déplacement qui les rend particulièrement vulnérables : les motocyclistes représentent, en 2011, 23% des usagers de véhicules à moteur tués sur la route.

Télécharger le dossier de presse sur le CNSR

www.securite-routiere.gouv.fr


Copyright © F.N.V.R. 2017 - Tous droits réservés. v4.28.1



Association loi 1901