Fédération Nationale des Victimes de la Route Téléphones : Région Nord : 01.40.07.10.05 ou Région Sud : 05.56.42.28.28
contact association plan association

Que faire en cas d'hospitalisation suite à un accident de la route ?

Conseils pratiques aux victimes d'un accident corporel.

Suite à un accident de la route, vous vous retrouvez hospitalisé.

Il est alors impératif de :

1se procurer le certificat médical initial des blessures

Demander au directeur de l'établissement dans lequel vous avez été admis (hôpital ou clinique) ou au chirurgien qui vous a opéré, le certificat médical initial.

Ce document sera d'une importance capitale pour la suite de vos démarches.

Le certificat médical initial doit mentionner toutes les lésions (mêmes légères) que vous présentiez au moment de votre admission et qui sont directement imputables à l'accident.

2conservez toutes les pièces médicales qui vous sont remises :


Conserver tous les documents qui vous ont été remis à votre sortie (résultats d'analyses, radiographies, examens des yeux et des oreilles, prescriptions médicales).

Demander un double de votre dossier médical au responsable du service ou sa transmission à votre médecin traitant.

3conserver ou demander toutes les pièces justificatives de vos dépenses suite à vos blessures :

  • frais pharmaceutiques ou appareillages non ou incomplètement remboursés ;

  • frais de déplacements pour vous même ou votre famille et frais de séjour ;

  • frais d'aide ménagère ou d'aide à domicile ;

  • justificatifs :

    • de perte de salaire ou de revenus ;

    • de perte d'emploi ou d'empêchement d'embauche.

4commencer la liste de vos doléances :

  • préjudices d'agrément : difficulté dans la réalisation de gestes de la vie quotidienne (toilette, repas, ménage, ...) ;

  • préjudices sportifs : différentes activités sportives que vous pratiquiez avant l'accident et que vous ne pouvez plus faire, qu'il s'agisse de sport individuel ou collectif, avec ou sans licence (vélo, jogging, natation, tennis, football, basket ...) ;

  • préjudice moral : pour vous même et votre entourage (insomnies, cauchemars, ...) ou même dépression avec suivi psychologique.


Copyright © F.N.V.R. 2017 - Tous droits réservés. v4.28.1



Association loi 1901