Fédération Nationale des Victimes de la Route Téléphones : Région Nord : 01.40.07.10.05 ou Région Sud : 05.56.42.28.28
contact association plan association

Communiqué de presse de la Sécurité Routière

Des programmes d'actions partenariales

Paris, le 21 novembre 2006


  1. Un partenariat national entre la Sécurité routière et l'Association des maires de
    France (AMF)


    Une charte nationale pour la sécurité routière a été conclue le 22 novembre 2005 entre l'AMF et l'État, représenté par le ministère des Transports, de l'Équipement, du Tourisme et de la Mer. Elle se déploie localement par une collaboration entre les pouvoirs publics, les réseaux de la Sécurité routière et les élus locaux sur le terrain. À ce jour, la mise en oeuvre de cette charte est largement engagée :

    • Le délégué interministériel à la Sécurité routière a demandé aux préfets d'associer les maires des plus grandes villes et le président de l'association départementale des maires à l'élaboration du Plan départemental d'action de sécurité routière (PDASR).

    • Des élus sont nommés « correspondants sécurité routière » sous l'impulsion du préfet et du président de l'association départementale des maires de nombreux départements. Leur sensibilisation et leur formation sont notamment assurées par les pôles d'animation sécurité
      routière.

    • Des réunions interdépartementales à destination des élus sont régulièrement organisées par la Sécurité routière et l'AMF avec l'aide technique du CERTU et de Mairie 2000. Au programme : témoignages d'élus et de techniciens, table ronde présidée par le délégué interministériel à la Sécurité routière, information sur la responsabilité des élus. La dernière journée s'est tenue en région Centre, à Cour-Cheverny, le 26 octobre 2006.

    • Les maires des communes et communautés sont invités par l'AMF départementale et lespréfets à élaborer des plans de prévention du risque routier destinés au personnel municipal.

    • L'AMF et la Sécurité routière invitent les élus à participer activement chaque année à laSemaine de la Sécurité routière, à informer leurs concitoyens sur le risque lié à l'alcool lorsdes fêtes municipales ou dans le cadre de la location des locaux municipaux, etc.


    En 2006, l'AMF et les communes ont été des partenaires majeurs de la semaine de la sécuritéroutière du 16 au 23 octobre dont le thème central était la sécurité routière en agglomération.

    Deux guides pratiques pour accompagner les élus locaux

    La collaboration entre l'AMF et la Sécurité routière a donné lieu à la publication de deuxguides pratiques sur la politique locale de sécurité routière, à destination des éluslocaux :

    « Sécurité routière, ce que peuvent faire les maires » (La Documentation française, 2006)a été réalisé en partenariat par la Sécurité routière, l'Association des maires de France (AMF)et la Prévention routière, avec le concours technique du Centre d'études sur les réseaux, lestransports, l'urbanisme et les constructions publiques (CERTU).

    L'élu référent « sécurité routière » désigné par le maire y trouve les outils, les démarches, lestextes, les partenaires, les réseaux et les associations qui peuvent l'aider dans sa mission delutte contre l'insécurité routière. Ce guide donne des repères méthodologiques concrets etopérationnels afin de réussir l'intégration de la Sécurité routière dans le quotidien des villes, àl'usage de tous les citoyens.

    Il est accompagné d'un cédérom présentant une centaine d'actions réalisées au niveau local.

    « Zone 30. Des exemples à partager », publié par le CERTU avec une préface du présidentde l'AMF, informe les élus locaux sur les aménagements de zones 30 km/h dans leurscommunes. Des études de cas couvrent de nombreuses problématiques, en milieu ruralcomme urbain.



  2. Le programme AGIR et l'opération Label Vie

    Pour rassembler tous ceux qui souhaitent s'impliquer dans des actions contre la violenceroutière, la Sécurité routière conduit un programme de mobilisation baptisé « AGIR pour la sécurité routière ». Ce programme est placé sous la responsabilité du préfet de département, assisté de son chef de projet sécurité routière et il regroupe les intervenants départementaux de sécurité routière (IDSR). Les opérations de prévention proposées sont définies dans le cadre du Document général d'orientation (DGO) et du Plan départemental d'actions de sécurité routière (PDASR), en cohérence avec les demandes des collectivités territoriales.

    Parmi les réalisationsdu programme AGIR, retenons :

    • les actions systématiques à destination des jeunes dans les lieux festifs ;

    • la sensibilisation du milieu sportif, culturel et des loisirs ;

    • la participation à l'animation des événements locaux (foire-exposition, marchés communaux, foire aux vins, etc.) ;

    • l'intervention en milieu scolaire à la demande de l'Éducation nationale ;

    • la promotion de l'opération Label Vie.


    L'opération Label Vie offre aux jeunes l'opportunité de s'impliquer dans une action locale citoyenne de lutte contre l'insécurité routière. Ces derniers peuvent proposer des projets d'animation ou d'action de sensibilisation, qui seront déployés avec l'assistance du réseau de la Sécurité routière et financés grâce à une subvention qui peut aller jusqu'à 800 €.


  3. Les Maisons de la sécurité routière

    Le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 7 juillet 2004 a décidé lerenforcement de la démarche partenariale, notamment avec les collectivités locales. Dans sacirculaire du 23 août 2004, le délégué interministériel à la Sécurité routière a demandé aux préfets de concrétiser de nouveaux partenariats avec les collectivités locales par la mise en place d'une Maison de la sécurité routière dans chaque département. Ces structures se mettentprogressivement en place grâce à des partenariats locaux, notamment entre les préfectures et les collectivités territoriales.

    La Maison de la sécurité routière doit assurer au moins quatre missions fondamentales :

    • accueillir des victimes et leur famille avec une mission d'écoute et d'orientation vers desstructures spécifiques (psychologues, services hospitaliers, Maison de la justice et dudroit, etc.) ou des associations de victimes ;

    • informer les citoyens, les professionnels et les élus ou les orienter vers un correspondant Sécurité routière susceptible de répondre à leur demande ;

    • mettre à disposition des ressources humaines et matérielles et conseiller pour lemontage d'opérations ou orienter vers une personne-ressource ;

    • être un lieu d'échanges et de rencontres en accueillant des réunions d'acteurs locaux,des conférences à thème, des expositions, des forums, des rencontres entre bénévoles,associations professionnels et institutionnels.



    À ce jour, neuf Maisons de la sécurité routière sont ouvertes :

    • Bouches du Rhône (communauté de communes du Pays d'Aix)

    • Côtes d'Armor (Ploufragan)

    • Gironde (Gradignan)

    • Haute-Corse (Bastia)

    • Haute-Garonne (Toulouse)

    • Nièvre (Nevers)

    • Nord (Lille)

    • Orne (Alençon)

    • Somme (Amiens)



    La prochaine Maison de la sécurité routière ouvrira ses portes à Toulon (Var), fin
    novembre 2006.

www.securite-routiere.gouv.fr

Copyright © F.N.V.R. 2017 - Tous droits réservés. v4.28.1



Association loi 1901