Fédération Nationale des Victimes de la Route Téléphones : Région Nord : 01.40.07.10.05 ou Région Sud : 05.56.42.28.28
contact association plan association

Alcool et stupéfiants - « Comprendre la route, C'est Pas Sorcier »

L’équivalence des doses d’alcool

Ce film explique aux téléspectateurs que tous les verres servis dans les bars contiennent la même quantité d’alcool pur : en moyenne 10g d’alcool.

Il ne faut donc pas croire que certaines boissons alcoolisées sont plus inoffensives que d’autres.

Et pour ne pas prendre de risque avant de conduire, il faut adopter le réflexe « éthylotest ».


Les effets de l’alcool associé au cannabis

Le mélange « alcool et cannabis » perturbe les fonctions cérébrales.

Les informations circulent moins bien, les perceptions sensorielles sont diminuées et les mouvements sont moins bien coordonnés. Leurs effets se cumulent et leur association multiplie par 15 le risque d’avoir un accident mortel.


L’élimination de l’alcool de l’organisme

À l’aide de croquis animés et d’un exemple concret, Jamy montre le temps nécessaire à l’élimination de l’alcool dans le sang.

En moyenne, un individu élimine 0,15 g d’alcool par litre de sang en une heure.

Après un repas bien arrosé, il faudra par exemple compter plus de 4 heures après le dernier verre pour pouvoir reprendre le volant…


Les effets de l’alcool sur le comportement

Dans ce programme, Fred et Jamy expliquent comment la présence d’alcool dans le cerveau perturbe son fonctionnement :

baisse de la vigilance, temps de réaction augmentés, gestes moins précis…

Voilà pourquoi, lorsqu’un conducteur dépasse la limite d’alcool autorisée de 0,5 g/l de sang, il est moins maître de ses réactions.


Les effets du cannabis sur la conduite

Ce film montre les effets du cannabis sur le système nerveux du conducteur :

perceptions sensorielles modifiées, mauvaise coordination des mouvements. Ses réflexes deviennent plus lents, sa vigilance diminue.


Les effets de l’alcool sur la vision

Jamy montre comment les muscles contrôlant l’ouverture et la fermeture de la pupille et le mouvement des yeux dans leur orbite fonctionnent au ralenti sous l’effet de l’alcool.

Le conducteur est plus facilement ébloui la nuit et son champ visuel est rétréci.

 


www.securite-routiere.gouv.fr

Copyright © F.N.V.R. 2024 - Tous droits réservés. v4.29.2



Association loi 1901