Fédération Nationale des Victimes de la Route Téléphones : Région Nord : 01.40.07.10.05 ou Région Sud : 05.56.42.28.28
contact association plan association

L'entretien et l'équipement du véhicule - C'est Pas Sorcier

Comment bien charger un véhicule utilitaire ?

Tout objet en mouvement emmagasine de l’énergie cinétique en fonction de sa masse et de sa vitesse.

En cas de choc frontal à 90 km/h, un carton de 10 kilos stocké à l’arrière d’un véhicule se retrouve projeté à l’avant avec une force équivalente à 210 kilos.

D’où la nécessité d’équilibrer son chargement, de l’arrimer solidement et si possible de choisir un véhicule équipé d’une grille de protection.


L’utilité des chaînes sur les routes enneigées

Un pneu perd en adhérence sur la neige.

Ses sculptures vont avoir tendance à se remplir de neige et la bande de roulement devient comme lisse.

Il est donc essentiel de contrôler la pression des pneus au moins une fois par mois et de vérifier régulièrement leur niveau d’usure. Les chaînes empêchent le pneu de glisser : les maillons vont accrocher la neige et l’expulser vers l’arrière du pneu.

Sans cet équipement, les forces de l’ordre peuvent nous empêcher de rouler en montagne.


Comment sécuriser le chargement d’une remorque ?

Le chargement correct d’une remorque permet d’éviter de perdre des objets en route ou encore de déstabiliser le véhicule.

Une charge trop concentrée à l’arrière d’une remorque fait contrepoids. L’arrière du véhicule se soulève légèrement.

La tenue de route en pâtit en cas de freinage d’urgence. En cas de prise de vitesse, la remorque va aussi avoir tendance à chasser derrière le véhicule.


L’essuie-glace n’est pas accessoire

Il est important de contrôler régulièrement les essuie-glaces de son véhicule.

Alors que des essuie-glaces en bon état évacuent jusqu’à 2 litres d’eau à la minute, des balais usés n’en évacuent que 80 centilitres et laissent certaines zones non-essuyées.

Dans ce cas, il faut rapidement les remplacer.


L’ABS, comment ça marche ?

Avec une maquette, Jamy explique l’intérêt de l’ABS.

Grâce à des capteurs de vitesse placés sur les roues, l’ABS relâche la pression des plaquettes dès qu’une roue menace de se bloquer.

Le freinage est maintenu mais les roues ne se bloquent pas. Le conducteur conserve ainsi la maîtrise de sa trajectoire.

Attention, l’ABS ne réduit pas les distances de freinage !


Comment fonctionne la ceinture de sécurité ?

Un crash-test montre l’action de la ceinture de sécurité en cas de choc.

Cette protection retient le passager sur son siège et absorbe l’énergie emmagasinée par le corps du conducteur.

Le limiteur d’effort qui équipe les ceintures de sécurité réduit la pression exercée sur le bassin et le thorax, évitant que le passager ne soit blessé.


« Airbag oui, mais avec ceinture »

Fred et Jamy mettent en évidence la complémentarité de l’airbag et de la ceinture de sécurité pour une protection maximum.

Les deux présentateurs s’appuient sur les images d’un crash-test pour montrer le rôle crucial de la ceinture avant l’ouverture de l’airbag qui protège tête et thorax.

Sans ceinture, le choc serait infiniment plus violent. En aucun cas, l’airbag ne se suffit à lui seul.


Les dangers liés au déclenchement de l’airbag passager

Mettre ses pieds sur le tableau de bord peut se révéler dangereux.

En cas d’accident, l’effet du gonflement de l’airbag pourrait blesser grièvement le passager qui adopte une telle position.

Lorsqu’on installe un siège bébé à l’avant, il faut aussi penser à désactiver l’airbag du siège passager. Car de la même manière, en cas de choc, le bébé pourrait être propulsé violemment sur le dossier.


Le siège rehausseur : indispensable jusqu’à 10 ans

Un enfant doit être placé dans un rehausseur jusqu’à ses 10 ans.

La ceinture de sécurité est ainsi placée à la bonne hauteur et, en cas de choc, l’enfant ne sera pas blessé au cou.

Jamy en fait la démonstration avec un mannequin et il montre également comment le rehausseur permet de protéger d’autres parties du corps de l’enfant en cas d’accident car il ne s’agit pas seulement d’une question de taille.


L’arrêt d’urgence

En cas de panne, un automobiliste doit suivre certaines règles de prudence.

Il doit aussitôt allumer ses feux de détresse et enfiler son gilet réfléchissant avant de quitter son véhicule.

Il lui faut ensuite placer le triangle à une distance d’au moins 30 mètres en amont voire plus si la visibilité est masquée, par une courbe ou un dos d’âne par exemple, afin de laisser le temps aux autres automobilistes de ralentir en toute sécurité.


La puissance d’un choc sans ceinture

Dans cet épisode, Jamy compare les chocs sans ceinture à des chutes d’une certaine hauteur.

À 50 km/h cela équivaut à tomber d’une hauteur de 10 mètres, à 90 km/h de 32 mètres, et à 130 km/h, c’est 82 mètres.

La violence du choc augmente dans des proportions énormes par rapport à la vitesse.


Les conséquences d’un pneu sous gonflé

Un schéma permet d’expliquer que si un pneu manque d’air, il s’affaisse sur les côtés et se creuse au centre.

La surface en contact avec la route, qui n’est normalement que de la taille d’une carte postale, diminue.

Le pneu perd son adhérence et s’échauffe, jusqu’à l’éclatement.


Bien arrimer le chargement de son véhicule

Le présentateur explique comment le profil d’un véhicule est toujours étudié pour limiter au maximum sa résistance à l’air.

Avec une charge trop lourde ou mal répartie sur le toit, l’aérodynamisme d’une voiture est modifié, ce qui peut entraîner un déséquilibre et une perte de contrôle.


L’adhérence des pneus

Fred et Jamy expliquent que le pneu est conçu pour évacuer l’eau vers l’extérieur et maintenir le contact avec la route, afin de pouvoir mieux se diriger et freiner correctement.

Si une voiture roule trop vite par temps de pluie, il se forme une pellicule d'eau entre le pneu et la route. L’adhérence à la route est ainsi moins bonne et il y a un risque de perte de contrôle.


Attention aux phares mal réglés !

Un bon éclairage exige que les phares portent de 30 à 45 mètres.

Si les lanternes sont réglées trop bas, le véhicule n’éclaire pas la route de manière suffisante.

En revanche, si elles éclairent trop haut, par exemple lorsque le véhicule est chargé à l’arrière, les conducteurs qui circulent en face sont éblouis.


Le danger des objets mal rangés

Fred nous montre qu’à l’intérieur d’une voiture, une plage arrière encombrée gêne la visibilité du conducteur.

Un simple sac peut devenir un véritable projectile. Alors qu’il ne pèse que 4 kg, un sac projeté lors d’un choc frontal à 130 Km/h continue sa course dans l’habitacle avec une force équivalente à 175 kg.

Il est donc préférable de ranger sacs et objets dans le coffre de la voiture.


La ceinture de sécurité, toujours indipensable

Un enfant doit toujours être attaché dans son siège-auto.

En cas de choc à 50 km/h, sans ceinture, c’est exactement comme s’il faisait une chute d’un 4ème étage !

Il est donc indispensable de veiller à cette protection, même sur les petits trajets quotidiens.


L’éthylotest : comment ça marche ?

Pour Jamy, la chimie ne peut pas mentir.

Une fois passé dans le sang, l’alcool est présent dans l’air que l’on souffle dans l’éthylotest. Cet appareil de contrôle est composé de cristaux jaunes qui, au contact de molécules d’alcool, virent au vert.


www.securite-routiere.gouv.fr

Copyright © F.N.V.R. 2024 - Tous droits réservés. v4.29.2



Association loi 1901